Le PO - Jeunesse Sportive et Culturelle Pitray-Olier - Logo Le PO Le PO - Jeunesse Sportive et Culturelle Pitray-Olier - Logo Le PO
 

Notre Histoire

    

Le P.O…une Amitié au cœur du quartier de Saint-Sulpice à Paris depuis plus de cent ans. A l’origine Gaston Simard de Pitray et Jean-Jacques Olier … Si Gaston Simard de Pitray, prêtre de Saint-Sulpice, a fondé le P.O (Patronage Olier) en 1895, sous ce vocable de Monsieur Olier, c’est parce que ce prêtre et le curé de Saint-Sulpice Jean-Jacques Olier en 1641, avaient des points communs dans l’approche et la compréhension de la population du quartier du 6ème arrondissement de Paris. Ils avaient notamment orienté leur apostolat vers les plus défavorisés. Des hommes de foi et d’intuition… A l’époque de Monsieur de Pitray, les enfants des familles nobles et bourgeoises étaient en général confiées aux écoles privées catholiques. Le curé de la paroisse d’alors, confia à ce prêtre la formation chrétienne des écoles publiques puis des adolescents. Souhaitant que ces jeunes « persévèrent » dans la vie chrétienne et ne voulant pas séparer une promotion humaine de la foi chrétienne, il s’entoura d’étudiants de milieux sociaux plus élevés pour fonder son œuvre, pensant qu’il fallait aider les familles aristocratiques ou bourgeoises du quartier à découvrir que le christianisme avait une dimension sociale et humaine de promotion des plus pauvres. Des actions inscrites dans le concret… Monsieur de Pitray eut cette intuition, qu’au milieu de la crise d’identité que traversait l’Eglise à cette époque et en pleine querelle politique sur les affaires religieuses (les congrégations), le message de l’Evangile de Jésus se situait du côté de la dignité de l’homme, de tout homme, quelle que soit sa pauvreté ou sa richesse, sa culture ou son absence de culture. Il voulut mettre réellement en pratique, par l’éducation des enfants et des adolescents, à travers des séjours de vacances dans sa propriété du Bourdiou, en Gironde, à travers le sport, le théâtre et la musique rue d’Assas à Paris, cette intime conviction qu’il avait de l’importance du message de l’Evangile de Jésus. Lors de la fondation du P.O cela fut annoncé clairement : l’action éducative était vécue au nom de la foi chrétienne, « Persévérer » c’était continuer à vivre les valeurs évangéliques dans la vie sociale de tous les jours, dès l’âge de l’adolescence. Des valeurs de partage indémodables… Maurice Perrenet , enfant inscrit au P.O en 1909, devint plus tard prêtre de Saint-Sulpice et fut le successeur de Gaston de Pitray comme directeur du P.O. Il y consacra 70 ans de sa vie et fut comme son prédécesseur un rassembleur, un guide spirituel pour de nombreux membres du P.O, de différentes générations qui ont avec lui prolongé et renouvelé l’intuition créatrice du fondateur. Pierre Vandroy, enfant du P.O que Monsieur Perrenet épaula pour faciliter sa succession, fut le premier directeur laïc du P.O, rétribué par la Paroisse Saint-Sulpice en 1973. Dix ans plus tard, Pierre Vandroy, père de famille, dut cesser ses fonctions, la paroisse ne pouvant plus assurer cette charge financière . 100 ans après, une action toujours fidèle à l’esprit d’origine… Depuis 1983, c’est une direction collégiale d’anciens, bénévoles, fidèles à l’esprit du P.O qui ont pris en charge la coordination des équipes et la gestion des trois lieux (les locaux du 66 rue d’Assas, le centre de vacances du Bourdiou en Gironde et le stade de Châtenay-Malabry) où les jeunes sont régulièrement accueillis ainsi et les anciens conviés à des rassemblements festifs. Le P.O ne s’appelle plus Patronage Olier depuis 1964, il est dénommé Jeunesse Sportive et Culturelle Pitray-Olier (association loi 1901). Si cette dénomination est surtout utilisée statutairement, dans les relations avec les organismes et les administrations, appartenir au P.O revêt une toute autre dimension qu’une simple appartenance à une association. C’est en effet un lieu où le projet éducatif précise que chacun doit être considéré, tel qu’il est, avec son histoire, sa personnalité, quelles que soient ses compétences, ses convictions religieuses et où il peut grandir, se réaliser à travers les activités proposées, dans un cadre collectif, pour y prendre ensuite des responsabilités. Des activités, des lieux pour grandir ensemble… La physionomie du quartier a bien sûr changé depuis sa fondation et les jeunes d’aujourd’hui ne souffrent plus de la même misère matérielle, leurs soucis sont d’une autre nature. Pour beaucoup, le P.O, ouvert à tous au nom de l’Evangile, constitue non seulement un accueil mais une Amitié, une porte ouverte à leur épanouissement physique, culturel et moral grâce aux valeurs de fraternité et de générosité qu’ils y trouvent toujours. Beaucoup y sont tellement attachés qu’ils ont plaisir à transmettre aux plus jeunes ce qu’ils y ont reçu et depuis quelques années, ils peuvent même acquérir au sein du P.O, une formation théorique et pratique lors des stages officiels organisés au Bourdiou pour l’obtention du BAFA (Brevet d’Aptitude à la Fonction d’Animateur). Les nombreux témoignages des anciens révèlent que le P.O a donné un sens à leur vie. Le P.O accueille maintenant un millier d’enfants par an, répartis entre les activités parisiennes et les séjours de vacances au Bourdiou et dans les camps organisés en France à l’étranger. Grâce à l'action très amicale et vivante de notre diacre Jean Pierre Duthoit, le P.O garde aujourd'hui encore un lien étroit avec la paroisse Saint-Sulpice.

 
Le PO © 2007 - 2017   |   Crédits   |   Accueil   |   Contact